Traversée lapone

Une aventure les pieds dans l'eau, seul, en autonomie et surtout ... sous les pluies d'été du Grand Nord. Des paysages bruts et sans concessions pour un retour au sources intense.

Solitude

Arrivé à Alta par avion, je quitte désormais la civilisation pour 30jours de marche...plein Sud ! A l'assaut des hauts plateaux balayés par les grands vents, perdu au milieu de cette immense toundra ponctuée de lacs et de forêts naines. Orages...grêles...arc-en-ciel...traversées à gué...pieds mouillés et nuées de moustiques. Ah ! et j'oubliais...horizons plats ! La joie de la solitude au milieu de nulle part sans aucun signe de vie humaine.
Ma seule joie ? Les baies ! Par milliers. Et cette rencontre lorsque j'ai croisé la route. Ce couple en camping car qui m'a pris sous son aile après 4jours seul. Des allemands de l'est pour reprendre leurs mots.
6jours de marche plus tard j'atteignais sans le savoir le terminus de l'arctic trail. Sous entendu le bout le plus au Nord de cet immense trail. A cet endroit la toundra plate se mis en mouvement....entre canyons et sommets de plus en plus hauts.

Le passage

Le 7e jour, j'amorce ma première descente. Je quitte les grands vents et les arc-en-ciel pour m'enfoncer dans les bois. Sombres mais au sol couverts de mousses et myrtilles. Ambiance étrange. Sentiment primitif de devenir une proie, celle d'un ours. Je croise le chemin d'une jeune femme et son chien, puis un couple de pêcheurs en pirogue. A bout, luttant avec les moustiques en bord de rapides je les recroiserais et ils m'offriront une descente du fleuve en pirogue. La jeune femme m'offrit deux canettes de coca lorsque je lui décrivit ma destination finale, au dela des hauts sommets.

La tempête

Après m'être enfoncé dans les forets du canyon, puis avoir escaladé sa falaise, retrouvé un temps la toundra...je ne cessais de monter...bientôt le sol devint pierre. J'avais quitté la toundra humide. Le vent déjà froid le devint encore plus.

Les averses étaient de mini tempêtes de pluies. Quelques belles rencontres de marcheurs aguerris bravant les vents du Nord m'ont offert de chaleureuses mais courtes parenthèses. Et pendant ce temps...la météo ne cessait de se dégrader. Parfois trempé, souvent mouillé je m'étonnais de ne pas tomber d'hypothermie...étant donné que chaque nuit je dormais dehors.

Après la traversée d'un lac en bateau (seul luxe offert)...s'en fut finit...la brise se transforma en tempête...la pluie en neige...et ma visibilité passa de 1km à 1m. C'est à ce moment que l'énergie me vint, et que je découvrit cette cabane de chasseur hors des sentiers.

La rencontre

Et dans cette cabane de 15m2, perdu dans la montagne, battue par la tempête...deux jeunes finlandaises qui avaient allumé un feu. Un moment de paradis au milieu de l'enfer. Bien entendu elles avaient une guirlande à pile et de la pate à crêpe....ce qui nous offrit 3crêpes chacun. Ce moment hors du commun, mis en lumière par ce contraste abrupte...fut l'un des plus beaux de ma vie d'aventures.

Le bout du monde

Une semaine plus tard je croisais ma seconde route et pris un car pour les Lofoten. Une journée de bus, au chaud à voir défiler le paysage sans aucun effort. Je laissais les tempêtes des montagnes derrière moi pour aller me reposer sur de belles plages de sable blanc...dans les bahamas du grand nord. Une semaine de repos sous les aurores boréales en bord de mer.